Les pièges de la maison pour vos animaux de compagnie

En dépit d’un flair extraordinaire, le chien ne connaît pas la dangerosité des objets d’une maison. C’est à son adoptant de pallier cette déficience de tout animale !

Dans le fond des bouteilles

Le chien aime jouer et il se fait une véritable joie de mordiller, déchiqueter, lancer, décapsuler les bouteilles en plastique… Si les bouteilles n’ont contenu que de l’eau minérale, point de danger. La question est tout autre si, au fond des récipients, restent quelques centilitres de détergents ou de produits ménagers. Le chien risque de les absorber ! Et, comme pour l’homme, leur ingestion est toxique. Le chien peut en mourir. L’adoptant doit intervenir au plus vite pour sauver son compagnon. Surtout ne lui donnez pas de lait pour soulager les douleurs ! Le lait pourrait même aggraver son état. La seule chose à faire est de l’emmener au plus vitre chez le vétérinaire ou dans un centre antipoison, après avoir noté le nom du produit ingéré. Faites surtout attention aux petites races telles que les chihuahuas (ou chiwawas) où cela peut leur être mortel

Des « Anti-Tout » dangereux

Il y a les détergents laissés à la portée des chiens, mais aussi les insecticides, les antifongicides, les raticides, les « anti-tout » et les engrais que les maîtres répandent dans leurs jardins. Ces produits sont dangereux. Très souvent, les notices d’utilisation conseillent prudemment d’éloigner les animaux de compagnie – et les hommes – lors des pulvérisations.

Les pièges de la maison pour vos animaux de compagnie

Médicaments sous clef

Les médicaments ont un but thérapeutique et ne doivent pas devenir, par négligence, des armes de mort. Pas question de laisser traîner des boîtes, encore moins des cachets, qui seraient vite avalés d’un coup de langue.

Par ailleurs, l’adoptant ne doit pas administrer de médicaments à destination humagne sans avis vétérinaire. Certains médicaments, notamment les antibiotiques, peuvent être utilisés par la médecine vétérinaire et humaine. Cependant, leur posologie diffère trop pour que le maître se base sur sa propre ordonnance. Enfin, les antalgiques de consommation humaine, tels que l’acide acétylsalicylique (aspirine), le paracétamol, l’ibuprofène et leurs dérivés, peuvent entraîner des intoxications très graves chez le chien si les protocoles d’administration ne sont pas suivis à la lettre.

Les plantes toxiques

Le chien, et surtout le chiot, a tendance à avaler tout et n’importe quoi. Or, certaines plantes sont susceptibles d’entraîner des troubles aussi divers que des vomissements, des nausées, des tremblements, des gastro-entérites, des œdèmes du pharynx et des brûlures oculaires ! Certains chiens peuvent en mourir. Parmi ces plantes, on trouve les feuilles du gui, de l’hortensia, du laurier-rose, les bulbes des liliacées (lys, jacynthes, tulipes) et des amaryllidacées (narcisses, jonquilles, crinums), les tiges, les fleurs et feuilles des aracées (arums, dieffenbachias, philodebdrons), les fruits du houx et du mimosa du japon, toutes  les parties du rhododendron et de l’azalée, le ficus…